PERMA G’RENNES

ET LA PERMACULTURE

.01
Perma G’Rennes

Perma G’Rennes est une micro-ferme maraichère en permaculture créée en 2016 sur la Prévalaye à Rennes par Mikael Hardy.

De formation naturaliste, Mika a travaillé pendant quinze ans dans le domaine de l’étude et de la protection de la nature. Il a ensuite exercé pendant cinq ans sur une ferme en polyculture/élevage avec les principes de la permaculture. Mika organise et anime également des formations de permaculture et se trouve chaque mercredi au marché du Mail à Rennes.

Avec ce projet, l’idée est de cultiver sur une petite surface d’un hectare en ayant recours le moins possible aux énergies fossiles, autrement dit en faisant tout à la main. Cela permet une densification et une diversification de la production.

L’objectif économique d’un tel modèle est d’atteindre l’autosuffisance alimentaire avec une petite production de qualité permettant de se rémunérer de manière viable.

.02
La permaculture

Théorisée par les australiens Bill Mollison (biologiste) et David Holmgren (essayiste) la permaculture est une méthode de conception d’écosystèmes humains qui s’inspire de la nature et de son fonctionnement (biomimétisme).

Elle prend en considération la biodiversité de chaque système et repose sur trois piliers fondamentaux : prendre soin de la terre, prendre soin des humains et distribuer les ressources équitablement.

Mais la permaculture ne se réduit pas à l’agriculture. Elle peut aussi s’appliquer à toutes les formes durables d’installations humaines par exemple dans les domaines des énergies renouvelables, de l’éco-construction ou encore des villes en transition.

Dans son Introduction à la permaculture, Bill Mollison écrit que « le but est de développer des modes de vie et de fonctionnement qui ne nuisent pas à l’environnement et qui soient viables économiquement, qui subviennent à leurs propres besoins, qui n’abusent ni des humains ni du vivant, qui ne polluent pas la terre ».

.03
L’azote

Composant majoritaire de l’atmosphère terrestre sous forme de diazote (78 %), l’azote est un élément chimique ayant un rôle determinant dans la croissance des végétaux.

Massivement employé aujourd’hui comme engrais (sous forme d’ammoniac et de nitrate), il est responsable d’un déséquilibre et d’une pollution généralisée de l’environnement lorsqu’utilisé de cette façon. Ces engrais, utilisés à forte dose peuvent causer un surplus d’azote et ruisseler dans les cours d’eau environnants, provoquant leur eutrophisation : processus au cours duquel un excès d’éléments nutritifs dans l’eau entraîne une croissance rapide des algues et des végétaux aussi appelé prolifération d’algues (d’où notamment le problème des algues vertes en Bretagne qui provoquent une asphyxie de la faune et la flore aquatique.

C’est pourquoi en permaculture, on porte une grande importance à cet élément. Plutôt que de l’amener sous forme d’engrais, on va recréer les conditions idéales d’équilibre des sols. Le but est de faire migrer l’azote de l’air (le diazote) vers le sol, sans apport extérieur.

LE CYCLE DE L'AZOTE

1. LA FIXATION

N2 + H+ → NH3 + H2
Équation simplifiée de la réaction chimique de la conversion de l’azote gazeux en ammoniac

Aucun des êtres vivants ne pouvant utiliser directement l’azote gazeux présent dans l’air (constitué de deux atomes d’azotes), il est donc transformé en une autre forme assimilable : une molécule à base d’azote appelée ammoniac (NH3). L’ammoniac se constitue d’un atome d’azote et de trois atomes d’hydrogène.

Le processus de conversion de l’azote gazeux en ammoniac s’appelle donc la fixation de l’azote.

Une fois l’azote sous forme d’ammoniac, les végétaux peuvent enfin l’absorber et le métaboliser. Les animaux, dont les êtres humains, absorbent l’azote dont ils ont besoin en mangeant ces végétaux.

2. LA NITRIFICATION

 

NH3 + O2 → NO2− + H+
Équation simplifiée de la réaction chimique de la conversion de l’ammoniac en nitrite

2 NO2− + O2 → 2 NO3
Équation de la réaction chimique de la conversion du nitrite en nitrate

 

Tout l’ammoniac produit à l’étape de la fixation de l’azote n’étant pas absorbé par les végétaux, les bactéries présentes dans le sol peuvent alors en utiliser une partie pour fabriquer du nitrite (NO2-). Celui-ci peut ensuite être converti en nitrate (NO3-), qui participe lui aussi à la croissance des végétaux.

La nitrification est un processus aérobie. C’est à dire qu’il a besoin d’oxygène (O2) pour avoir lieu. Pour créer du nitrate et du nitrite, un atome d’azote doit se lier à des atomes d’oxygène.

3. LA DENITRIFICATION

La dénitrification se produit quand certains types de bactéries absorbent du nitrate et le transforment en azote gazeux libéré dans l’air. A l’inverse de la nitrification, la dénitrification est un processus anaérobie. Il n’a donc pas besoin d’oxygène pour avoir lieu.

.04
Environnement

Les processus de nitrification et de dénitrification produisent un puissant gaz à effet de serre appelé oxyde nitreux (N2O). Cependant, environ 40 % de l’oxyde nitreux présent dans l’atmosphère résultent des activités humaines. Par exemple, certaines activités agricoles (on parle ici de la monoculture intensive industrielle) font augmenter la teneur en azote du sol, ce qui intensifie les processus de nitrification et de dénitrification, et, au bout du compte, accroît la quantité d’oxyde nitreux libéré dans l’atmosphère.

L’une des solutions pour réduire l’eutrophisation et les émissions d’oxyde nitreux serait d’utiliser uniquement la quantité d’engrais dont les plantes ont besoin ou bien de recréer les conditions idéales d’équilibre des sols, comme on peut le faire en permaculture.

Le cycle de l’azote influe de nombreuses manières différentes sur la vie sur notre planète. Il est donc primordial de s’y intéresser lorsque l’on travaille la terre. De manière plus générale, nous ne connaissons pas assez notre environnement et ses besoins. Dans un contexte de réchauffement climatique, d’effondrement de la biodiversité et de l’appauvrissement des sols, il est de notre devoir à chacun de redonner une place à la nature dans nos cœurs et de tenter de mieux la comprendre pour pouvoir mieux la défendre !

PERMA G'RENNES ET LA PERMACULTURE

.01 Perma G’Rennes

Perma G’Rennes est une micro-ferme maraichère en permaculture créée en 2016 sur la Prévalaye à Rennes par Mikael Hardy.

De formation naturaliste, Mika a travaillé pendant quinze ans dans le domaine de l’étude et de la protection de la nature. Il a ensuite exercé pendant cinq ans sur une ferme en polyculture/élevage avec les principes de la permaculture. Mika organise et anime également des formations de permaculture et se trouve chaque mercredi au marché du Mail à Rennes.

Avec ce projet, l’idée est de cultiver sur une petite surface d’un hectare en ayant recours le moins possible aux énergies fossiles, autrement dit en faisant tout à la main. Cela permet une densification et une diversification de la production.

L’objectif économique d’un tel modèle est d’atteindre l’autosuffisance alimentaire avec une petite production de qualité permettant de se rémunérer de manière viable.

.02 La permaculture

Théorisée par les australiens Bill Mollison (biologiste) et David Holmgren (essayiste) la permaculture est une méthode de conception d’écosystèmes humains qui s’inspire de la nature et de son fonctionnement (biomimétisme).

Elle prend en considération la biodiversité de chaque système et repose sur trois piliers fondamentaux : prendre soin de la terre, prendre soin des humains et distribuer les ressources équitablement.

Mais la permaculture ne se réduit pas à l’agriculture. Elle peut aussi s’appliquer à toutes les formes durables d’installations humaines par exemple dans les domaines des énergies renouvelables, de l’éco-construction ou encore des villes en transition.

.03 L’azote

Composant majoritaire de l’atmosphère terrestre sous forme de diazote (78 %), l’azote est un élément chimique ayant un rôle determinant dans la croissance des végétaux.

Massivement employé aujourd’hui comme engrais (sous forme d’ammoniac et de nitrate), il est responsable d’un déséquilibre et d’une pollution généralisée de l’environnement lors qu’utilisé de cette façon. Ces engrais, utilisés à forte dose peuvent causer un surplus d’azote et ruisseler dans les cours d’eau environnants, provoquant leur eutrophisation : processus au cours duquel un excès d’éléments nutritifs dans l’eau entraîne une croissance rapide des algues et des végétaux aussi appelé prolifération d’algues (d’où notamment le problème des algues vertes en Bretagne qui provoquent une asphyxie de la faune et la flore aquatique.

C’est pourquoi en permaculture, on porte une grande importance à cet élément. Plutôt que de l’amener sous forme d’engrais, on va recréer les conditions idéales d’équilibre des sols. Le but est de faire migrer l’azote de l’air (le diazote) vers le sol, sans apport extérieur, puis vers l’air, en un cycle.

Le cycle de l’azote est un des témoins les plus représentatifs des déséquilibres de l’agriculture. Montrer et raconter ce cycle est pour nous un moyen de mettre en lumière la protection et la régénération des écosystèmes, fondamentales pour notre avenir collectif.

LE CYCLE DE L'AZOTE

1. LA FIXATION

N2 + H+ → NH3 + H2
Équation simplifiée de la réaction chimique de la conversion de l’azote gazeux en ammoniac

Aucun des êtres vivants ne pouvant utilisés directement l’azote gazeux présent dans l’air (constitué de deux atomes d’azotes), il est donc transformé en une autre forme assimilable : une molécule à base d’azote appelée ammoniac (NH3). L’ammoniac se constitue d’un atome d’azote et de trois atomes d’hydrogène.

Le processus de conversion de l’azote gazeux en ammoniac s’appelle donc la fixation de l’azote.

Une fois l’azote sous forme d’ammoniac, les végétaux peuvent enfin l’absorber et le métaboliser. Les animaux, dont les êtres humains, absorbent l’azote dont ils ont besoin en mangeant ces végétaux.

2. LA NITRIFICATION

NH3 + O2 → NO2− + H+
Équation simplifiée de la réaction chimique de la conversion de l’ammoniac en nitrite

2 NO2− + O2 → 2 NO3
Équation de la réaction chimique de la conversion du nitrite en nitrate

Tout l’ammoniac produit à l’étape de la fixation de l’azote n’étant pas absorbé par les végétaux, les bactéries présentes dans le sol peuvent alors en utiliser une partie pour fabriquer du nitrite (NO2-). Celui-ci peut ensuite être converti en nitrate (NO3-), qui participe lui aussi à la croissance des végétaux.

La nitrification est un processus aérobie. C’est à dire qu’il a besoin d’oxygène (O2) pour avoir lieu. Pour créer du nitrate et du nitrite, un atome d’azote doit se lier à des atomes d’oxygène.

 

3. LA DENITRIFICATION

La dénitrification se produit quand certains types de bactéries absorbent du nitrate et le transforment en azote gazeux libéré dans l’air. A l’inverse de la nitrification, la dénitrification est un processus anaérobie. Il n’a donc pas besoin d’oxygène pour avoir lieu.

 

.04 L’environnement

Le cycle de l’azote influe de nombreuses manières différentes sur la vie sur notre planète. Il est donc primordial de s’y intéresser lorsque l’on travaille la terre. De manière plus générale, nous ne connaissons pas assez notre environnement et ses besoins. Dans un contexte de réchauffement climatique, d’effondrement de la biodiversité et de l’appauvrissement des sols, il est de notre devoir à chacun de redonner une place à la nature dans nos cœurs et de tenter de mieux la comprendre pour pouvoir mieux la défendre.